OneWeb

OneWeb : des satellites pour l’internet mondial financé par Softbank


OneWeb vient de réussir un tour de force en levant 1.2 milliards de dollars auprès d’investisseurs prestigieux. Après Airbus, Coca-Cola ou encore Qualcomm. Softbank investit à lui seul 1 milliard de dollars dans un projet ambitieux, visant a connecter le monde à internet via des satellites. Ce projet rappel également celui de SpaceX qui a eu cette même idée.

OneWeb sur les traces de SpaceX : un projet pour nous connectés tous à haut débit via de nombreux satellites

Nous allons bientôt pouvoir nous connectés partout dans le monde à Internet via de nombreux satellites qui graviteront autour de notre planète. Bien entendu, des offres de ce genre existent depuis maintenant de nombreuses années. Sauf que les technologies utilisées actuellement n’ont strictement rien à voir avec ce qui est en train de se préparer. Pour commencer, OneWeb annonce publiquement qu’un tour de table vient d’être effectué visant à récupérer de précieux deniers dans le but de financer ce projet ambitieux. Ainsi, plusieurs contributions ont été faites, dans un premier temps, Airbus, Coca-Cola, Qualcomm, Virgin et Intelsat, ont investis une somme totale de 500 millions de dollars. Greg Wyler, fondateur et président de OneWeb nous révèle à présent que les compteurs viennent d’exploser. Il est question d’un apport supplémentaire d’1 milliard de dollars par Softbank et de 200 millions supplémentaires par les précédents investisseurs.

Un montant colossal qui va donner une certaine crédibilité à un projet qui semble à première vue totalement fou. Depuis 2012, l’homme qui a fondé notamment O3b Networks, est un fervent partisan de la réduction de la fracture numérique. Il souhaite apporter le haut débit voir très haut débit à l’échelle de la planète. Ensuite, parlons un peu technique avec ce qui compose la partie « hardware » du projet lancé par Greg Wyler. Il s’agit de lancé un total de 720 satellites de 150 kg chacun à une orbite basse soit approximativement 1000 à 1200 km. Ce qui différencie ce projet des autres déjà disponible, c’est justement cette orbite basse.

Un objetctif de qualité : haut débit et faible latence

Là ou les acteurs actuels se maintiennent à des distances biens plus grandes. OneWeb veut pouvoir garantir une connexion rapide et pratiquement sans latence. Un projet titanesque qui est bien rodé, et rappel sans conteste celui de SpaceX dont nous avions parlé il n’y a pas si longtemps.

 Un objectif fixé à 2027

Comme le mentionne Greg Wyler dans son communiqué, 2027 semble être la date fatidique de son vaste projet. D’ici une dizaine d’année tout le monde pourra bénéficier d’une connexion internet partout dans le monde. Ce dernier souhaite qu’il soit également proposé à un tarif abordable pour pouvoir parvenir à ses fins. Une feuille de route détaillée devrait également être communiqué prochainement. Histoire de pouvoir suivre le projet avec plus de précisions. Cependant, un point noir persiste concernant la partie technique du projet.

Un renouvellement de satellite récurrent

Comme évoqué plus haut, les satellites en orbite basse promette de nous connecter à internet à très haut débit, avec une faible latence. Néanmoins, cela aura un impact sur leurs durés de vie. Il ne sera pas possible de les conserver plus de 5 à 7 années en fonctionnement. Ce qui impliquera forcément un investissement constant pour envoyer de nouveaux satellites dans l’espace. Toutefois, avec un investisseur comme Softbank dans l’équation, la marge de manœuvre semble relativement confortable.

D’ailleurs, les premiers lancements son attendus dès 2018, avec un premier jet de 10 satellites. Plusieurs essais seront menés afin de s’assurer du bon fonctionnement du concept. Ensuite, en 2019 la commercialisation des premiers accès internet via ces satellites devrait commencer. Toutefois nous n’avons pas encore d’informations sur les offres qui pourraient être proposées.

Source : OneWebWorld

Crédit photo : ESA

créateur, développeur et rédacteur en chef de Y-News.info. Passionné par le numérique et adepte de la saga mythique Star Wars, je transmets mon péché mignon en vidéos sur ma chaîne YouTube.