Nvidia partenaire de Toyota pour démocratiser la conduite autonome


Nvidia fournira son supercalculateur de bord au constructeur nippon, Toyota. Ce partenariat donnerait accès aux véhicules autonomes à tout le monde. Les premiers véhicules utilisant le Drive PX du caméléon sont attendus à l’horizon 2020.

Nvidia fournira sa solution pour la conduite autonome Drive PX à Toyota

Les véhicules autonomes, je le répète souvent, c’est l’avenir. Certains acteurs font figure de pionnier dans le domaine que ce soit Waymo (Google), Uber ou encore celui qui dispose d’un parc relativement bien installé dans ce segment, Tesla. Néanmoins, cela ne suffira pas à démocratiser la conduite autonome. Pour donner accès au plus grand nombre, il faut que tous les acteurs de l’industrie automobile s’y mettent. Justement, Toyota vient de passer un accord avec Nvidia qui dispose de technologies essentielles dans ce domaine. Notamment, son supercalculateur de bord, le Drive PX. Ce dispositif devrait permettre à la firme nippone de disposer d’une solide base pour avancer dans son projet.

 

Qu’est-ce que le Nvidia Drive PX ?

La plateforme, Drive PX 2, repose essentiellement sur un processeur puissant. Son rôle sera de fournir aux véhicules autonomes une puissance de calcul suffisamment grande pour pouvoir permettre une conduite autonome en toute sécurité. La nouvelle génération intègre Xavier. Il dispose d’une puissance de feu de 8 Tflops. On parle également de 30 Tflops dédié au Deep Learning (apprentissage profond). Contre 24 auparavant. Le minimum requis pour un véhicule autonome digne de ce nom, selon la firme.

La plateforme prend notamment en charge 12 caméras vidéo embarquées, le Lidar, radar et autres capteurs à ultrason. Il est bon de noter que Nvidia teste sa plateforme en condition réelle dans le but de développer la partie logicielle de sa solution. L’intelligence artificielle est au cœur de son dispositif. Le cloud est également de la partie, notamment pour accéder à des cartes en 3D hautes définitions. Des mises à jour sont proposées un peu à la manière d’un smartphone Android ou iOS.

Le processeur Xavier, évoqué un peu plus haut, est selon Nvidia la solution ultime qui permettra l’exploitation de l’IA dans les meilleures conditions possibles. Il est bâtit à partir de l’architecture Volta dont le point fort, en dehors de la puissance de calcul, est de ne consommer que 30 watts. C’est une nouveauté puisque la firme communique sur une architecture différente via son site.

Toyota n’est pas tout seul vers la démocratisation des véhicules autonomes !

En effet, Nvidia travaille notamment avec Volvo, Audi et Tesla. Néanmoins, d’autres partenariats sont évoqués avec des équipementiers liés à l’automobile. Les premiers véhicules autonomes de Toyota sont attendus aux alentours de 2020. La firme au caméléon a trouvé un relais de croissance intéressant pour son avenir. D’ici quelques années, les véhicules autonomes envahiront notre quotidien. Le principal avantage de ce changement dans le paysage automobile est de nous permettre de réduire la mortalité sur les routes. Ce n’est pas tout, on peut également envisager que ces technologies remplaceront les taxis et autres VTC. Uber est déjà sur les rangs. Sans oublier, Otto, racheté par ce dernier, qui souhaite mettre en circulation des véhicules de transport de marchandises (camions) autonomes.

Naturellement, toutes ces (r)évolutions seront sans doute au centre de nombreuses polémiques dans les années à venir. Cela provoquera une rupture totale dans l’économie mondiale, faisant disparaître par la même occasion de nombreux métiers. Bien que toutes ces choses nous paraissent bien lointaine, cela n’est qu’une illusion. D’ici la fin de l’année, Tesla compte rendre ses voitures les plus récentes pratiquement totalement autonomes.

Ensuite, cela ne sera qu’une question de temps, surtout du point de vue législatif, afin de permettre aux constructeurs de mettre sur nos routes tous ces véhicules. Si à court/moyen terme, il semble évident qu’un conducteur soit obligé de rester derrière le volant. Sur le long terme, il faudra se faire à l’idée que tôt ou tard, cela ne devrait plus être une obligation.

Boston Dynamics : après les robots Atlas et Cheetah, voici Handle qui est plutôt térrifiant

 

Source : TheVerge

Crédit photo : Nvidia

créateur, développeur et rédacteur en chef de Y-News.info. Passionné par le numérique et adepte de la saga mythique Star Wars, je transmets mon péché mignon en vidéos sur ma chaîne YouTube.