Li-Fi : la version lumineuse du Wi-Fi déjà mort née ? 4


Li-Fi est une technologie de connexion réseau sans fil, contrairement au Wi-Fi qui utilise des ondes radios. Il est ici question de lumière, ainsi cette technologie censée remplacer la connexion sans fil la plus répandue au monde semble disposer de nombreux inconvénients. Dans l’avenir, y aura-t-il une chance pour que cette technologie ne se démocratise ?

Li-Fi comment cela fonctionne ? Pour quelles utilisations ?

Le Li-Fi fonctionne de la manière suivante. En partant d’un éclairage LED qui dispose d’un émetteur et un récepteur (clé USB, smartphone), il est possible de transmettre des données informatiques. Ces dernières sont dans un premier temps encodées pour passer d’un signal numérique pour ensuite être transmis en signal lumineux. Cela passe par des variations d’intensités. Ensuite, le récepteur (en général sous forme de capteur photo/caméra) va ré-encoder le signal lumineux en signal numérique.

Son utilisation n’est pas encore très courante, néanmoins la technologie peut avoir sa place dans certain lieu public où la lumière est très utilisée. Cela évite d’avoir recourt à des antennes Wi-Fi qu’il faudrait installer un peu partout. En outre, l’éclairage LED étant devenu un standard de nos jours, cela évite d’avoir à dépenser d’avantage pour un réseau sans fil utilisant les ondes radios.

 

Qui commercialise ce type de technologie ?

Lucibel, une entreprise experte en matière d’éclairage LED, propose du Li-Fi. Les débits théoriques atteignent 42 Mbit/s, tandis que 8 utilisateurs peuvent se partager cette bande passante. Un exemple d’application a été donné concernant cette technologie, notamment dans les lieux où le Wi-Fi ne peut pas être installé pour des raisons de santé. Car l’avantage du Li-Fi, c’est de n’émettre que très peu d’ondes électromagnétiques.

Je peux également citer pureLiFi qui propose une solution qui me semble quasi similaire. Notamment par le biais de son produit « LiFi-X ».

C’est quoi le point faible du Li-Fi ?

J’en vois deux sérieux qui peuvent être un frein dans la démocratisation du concept. Pour commencer, pas de lumière, pas de Li-Fi ! De ce point de vue là, c’est clairement pas une technologie faite pour les endroits où la lumière LED n’est pas très utilisée. Un second point me dérange également à savoir le faible débit, avec 40 mégas au compteur, on ne peut pas dire que cela suffise à tout le monde. Bien entendu c’est à nuancer, pour surfer sur le net et voir quelques vidéos cela suffit. Sauf que dans un usage local où on sollicite beaucoup de bande passante pour par exemple voir des vidéos 4K HDR, je doute que cela ne tienne la route. Sans oublier que les débits sont théoriques, dans la pratique il faut presque les diviser par deux. L’échange de fichiers volumineux est donc à proscrire.

(mise à jour : 25/01/2017 à 13h45)

Un lecteur porte à ma connaissance un article bien détaillé sur la technologie, publié sur LinkedIn. Il s’avère que le Li-Fi peut fonctionner également en infrarouge. C’est à dire qu’en situation de faible luminosité (ou noir complet), il sera toujours possible de se connecter par ce biais. Contrairement à ce que j’ai d’abord noté dans le paragraphe précédent, les émissions infrarouge sont d’ailleurs perceptibles par les capteurs photos de nos smartphones. Apparemment, il serait question de pouvoir utilisé le Li-Fi directement grâce aux capteurs de ces derniers prochainement. Je reviendrais là dessus une fois que les fabricants auront franchi le pas.

Source : Wiki, Lucibel et Purelifi

Crédit photo : Zeenews

créateur, développeur et rédacteur en chef de Y-News.info. Passionné par le numérique et adepte de la saga mythique Star Wars, je transmets mon péché mignon en vidéos sur ma chaîne YouTube.