Bernard Cazeneuve gouvernement

Le gouvernement veut contrer le chiffrement


Forcément tôt ou tard cela devait arriver. Le gouvernement se lance dans une réflexion, celle du chiffrement. Pour le moment, ce dernier reste vague quant à ses intentions via le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve. Celui-ci voit d’un mauvais œil la possibilité donnée aux personnes le souhaitant un chiffrement de leurs communications.

Pourquoi le gouvernement s’intéresse-t-il au chiffrement ?

Chiffrement

Chiffrement

La réponse est évidente. Les enquêteurs ont de plus en plus de mal à pénétrer les protections de chiffrement de nos smartphones ou des communications électroniques comme Telegram. Par conséquent, le gouvernement se voit obliger d’ouvrir le chantier du chiffrement. Car c’est une question de lutte contre le terrorisme. De plus, la France ne sera pas seul face à ce chantier qui devra forcément concerner de nombreux autres Etats dans le monde. Elle pourra en tout cas compter dans un premier temps sur le soutien de l’Allemagne. Une rencontre entre les deux pays est prévue le 23 août, l’occasion pour Bernard Cazeneuve de rencontrer son homologue venu d’outre Rhin.

Pour ne pas s’attirer les foudres des instances comme la CNIL ou même l’opinion public sensible à ce sujet depuis l’affaire Edward Snowden, le gouvernement devra jouer l’équilibriste au risque de rentrer dans un bras de fer à moins d’un an des élections. Peut-être s’intéresse-t-il même trop tard à la question ? Dans tous les cas, la réflexion est lancée, nous en saurons plus après le 23 août.

Comment veut s’y prendre le gouvernement ?

Pour le moment, aucune piste n’est explorée. La France voudrait que son initiative fasse des émules à travers le monde. Car à elle seule, c’est impossible de parvenir à un résultat. De plus, la plupart des moyens de chiffrements des communications sont proposés par des entreprises étrangères. Par conséquent, cela passera forcément par une coopération internationale. Sinon cela se traduira par un coup d’épée dans l’eau. Il est possible que le gouvernement pense à une sorte de backdoor, bien que ce procédé ne soit pas vu d’un bon œil par les grandes instances comme la CNIL ou l’ANSI. Dans tous les cas, nous serons rapidement fixés. Bernard Cazeneuve, ayant fait des propositions à son homologue allemand qui seront débattues le 23 août prochain.

Source

créateur, développeur et rédacteur en chef de Y-News.info. Passionné par le numérique et adepte de la saga mythique Star Wars, je transmets mon péché mignon en vidéos sur ma chaîne YouTube.