Free Mobile : faisons le point, qualité et offres de l’opérateur ! 1


Free Mobile n’a que 5 ans et c’est pourtant un acteur majeur dans le paysage des Telecom. Xavier Niel qui est à la tête du groupe Iliad est littéralement arrivé à dynamiter le marché. Tandis que ses 3 concurrents ressemblent à de vulgaires​ followers en manque d’innovation. Pour preuve, ils sont souvent sur la défensive. On dit pourtant que la meilleure défense c’est l’attaque… Un adage que SFR, Bouygues Telecom et Orange n’ont que trop peu appliqué, voir pas du tout.

Free Mobile : un opérateur qui a de l’ambition

Cette semaine je m’intéresse à Free Mobile pour plusieurs raisons. La première pour analyser ce que l’opérateur nous a apporté ces dernières années. La seconde pour voir comment la concurrence a réagit à son arrivée. Et la troisième, en dehors des effets d’annonces, est-ce que Free Mobile arrive à tenir ses promesses ?

On verra que selon le point de vue, la réponse à ces différentes questions n’est pas aussi évidente que cela. Toutefois, l’opérateur a réussi un tour de force incroyable en métamorphosant totalement le marché du mobile à son image. Comme à son habitude, Free disposait déjà d’une image sulfureuse sur le fixe. Tandis que sur le mobile, la rupture fut sans doute encore plus douloureuse pour ses petits camarades. D’ailleurs le marché n’a pas encore su entièrement se remettre de cette arrivée fracassante. De vieilles habitudes perdurent encore…

Vidéo

 

Arrivée en 2012 avec uniquement 2 offres pour le mobile !

Replongez-vous un instant dans le passé ! Avant l’arrivée de Free Mobile en 2012, les opérateurs mobiles nous ont noyé dans un flot continu d’offres en tout genre. Les forfaits étaient souvent très complexes​, dans le but sans doute de nous faire tourner la tête. Sans oublier que les offres avec engagement 12 ou 24 mois étaient les plus répandues. Avec l’opérateur de Xavier Niel, s’en est fini puisque le jour de son annonce, il n’était question que de deux forfaits. L’un à 2 euros et le second à 19.99 euros par mois. Sans oublier que si l’on dispose d’une Freebox, le premier est gratuit et le second baisse à 15.99 euros par mois. Une approche commerciale innovante qui fera immédiatement mouche aux yeux du grand public. Il est bon de noter que contrairement à ses petits camarades Free Mobile parie sur la liberté, des offres sans engagements.

Si le premier forfait n’est pas des plus généreux, il aura au moins le mérite d’apporter certaines choses qui étaient alors impensables​ pour un tel prix à l’époque. Pour 2 euros par mois, il est question de deux heures de communications, ainsi que de SMS/MMS illimités. Tandis que le forfait à 19.99 euros par mois dispose lui de communication en illimités et 3 Go de data, qui évoluera rapidement par la suite. Mais j’y reviendrais un peu plus tard. Pourquoi Xavier Niel a-t-il décidé de casser le marché à ce point au lieu de tout simplement se placer un peu en dessous. Probablement que le succès n’aurait pas été le même.

Deux offres disruptives : l’ADN de Free

Il est normal que Free Mobile soit aussi agressif que l’a été Free dans le fixe. Les deux entreprises partagent le même ADN étant donné que le patron est le géniteur de ces deux sociétés, Xavier Niel. Le pari était audacieux, toutefois le risque est minime. Car l’opérateur compte sur le fait qu’une fois toute l’infrastructure déployée, ses investissements seront rentabilisées. Néanmoins, il faut trouver la bonne mesure pour ne pas vendre à perte et sachant que Free Mobile n’avait aucune idée de l’impact qu’aurait son succès. Réussir le lancement était d’une importante CAPITALE. La communication devait être sans aucun défaut.

Un show à la « Steve Jobs », on se croirait presque chez Apple

 

C’est justement un pari réussi puisque le show de Xavier Niel était sans aucun défaut au moment du lancement. Traitant les clients des autres opérateurs de pigeons, la phrase a fait mouche. Cependant, le retour de bâton fut rapide, puisque le patron de la firme a écopé d’une amende à ce sujet. Rapidement les réseaux sociaux se sont enflammés prenant le parti de Xavier Niel. La France venait de connaître un véritable séisme et les concurrents de Free Mobile allaient avoir du mal à se relever. Pari réussi, les commandes et les demandes de portabilité explosent à tel point que le GIE n’arrive plus à suivre la cadence. Et cela durera pendant un petit moment.

La qualité de service, et l’itinérance avec Orange : un boulet pour les clients

On ne va pas tourner autour du pot, lorsque l’on se retrouve en itinérance sur le réseau d’Orange. Qui est justement partenaire de Free Mobile, le temps que ce dernier puisse déployer son réseau. On se retrouve avec une piètre qualité de service, on ne va pas se le cacher. A l’époque de la 4G et des smartphones toujours plus performants​. Cela résonne faussement aux oreilles des clients. Néanmoins, avec le temps, le réseau se déploie et cette tâche sombre sur le beau tableau de l’opérateur se résorbe peu à peu. Tandis que les performances de son réseau 4G sont relativement prometteuses​, Free Mobile est d’ailleurs l’opérateur offrant en moyenne le débit le plus élevé dans l’hexagone.

Des services qui se développent​, quitte à narguer la concurrence encore une fois…

Free Mobile est un trublion, comme l’est son homologue sur le fixe. Il n’hésite pas à taquiner ses petits camarades. Dernièrement, l’enveloppe data s’est considérablement améliorée dans le sens où l’offre à 19.99 ou 15.99 euros par mois selon que l’on soit client Freebox ou non vous permet d’avoir de l’illimité ou 100 Go de data. En dehors du fait que la majorité des utilisateurs n’auraient strictement aucune utilité à disposer d’un tel débit. Il est néanmoins possible de s’en servir pour d’autres usages. Je pense notamment à l’utilisation d’une carte sim avec une box 4G. Dans le cas où un abonné disposerait d’un débit insuffisant via sa ligne fixe, si la couverture 4G est suffisante, cela pourrait être un substitut idéal.

Je pense par exemple au test de la 4G Box de Bouygues Telecom que j’ai d’ailleurs proposé voilà plusieurs semaines maintenant. Je dois reconnaître que l’offre de Free Mobile pourrait venir concurrencer ce dernier. Certes le point faible de l’opérateur de Xavier Niel c’est son infrastructure réseau pas encore au point. Cependant, les choses avance et d’ici 2 à 3 ans le plus gros du retard devrait se résorber. Du moins si l’opérateur tient toute ses promesses, cela va de soit.

Quelques chiffres concernant Free Mobile

Free Mobile a énormément recruté l’année dernière, on parle désormais de 12.7 millions d’abonnés à ses offres mobiles. Le groupe ambitionne de faire passer ses clients du petits forfait à 0/2 euros par mois vers celui plus onéreux à 15.99/19.99 euros par mois. Ce qui bien entendu dépend principalement de l’intérêt des abonnés à migrer vers une formule plus avantageuse mais également plus chère. Pour le moment cela semble bien parti au vue des indicateurs du dernier bilan. L’opérateur mentionne une couverture de 90% en 3G et ambitionne d’atteindre 85% en 4G d’ici la fin de l’année. Ce dernier point jouera en faveur d’une bien meilleure qualité de service.

Pour conclure au sujet de Free Mobile

Que l’on aime ou non l’opérateur, il faut reconnaître que son arrivée fut un véritable séisme pour toute l’industrie. Ainsi, les forfaits sans engagements sont devenus la norme alors qu’avant son arrivée en 2012, c’était loin d’être gagné. A présent les clients préfèrent disposer d’un forfait sans engagement et acheter leurs précieux smartphones séparément. Une tendance qui s’est fortement accentuée ces dernières années. Je dois reconnaître que dans mon entourage, ce changement dans les habitudes de consommation se vérifie.

Crédit photo : FreeMobile

créateur, développeur et rédacteur en chef de Y-News.info. Passionné par le numérique et adepte de la saga mythique Star Wars, je transmets mon péché mignon en vidéos sur ma chaîne YouTube.